Comment réaliser un bilan de compétences ?

- Blog -

Choisir une orientation professionnelle n’est jamais une mince affaire. On a souvent des doutes sur ses propres compétences et motivations. Ce qui est à l’origine de la baisse de productivité au travail. Ensuite, la frustration s’installe, car on n’est pas certain d’être à la hauteur de ses responsabilités. Pour ne pas se tromper et bien s’épanouir dans son travail, il est nécessaire de se lancer dans un bilan de compétences.  

Qu’est-ce qu’on entend par bilan de compétences ?

Un bilan de compétences est une démarche, par laquelle on analyse ses compétences personnelles et professionnelles. Il permet également d’évaluer ses motivations et aptitudes par rapport à une responsabilité ou un projet professionnel. Il arrive souvent dans la vie professionnelle qu’on hésite entre reconversion et renforcement de compétence pour une meilleure qualification au travail. Faire un bilan de compétences est ainsi la meilleure façon de connaître ce qu’on a réellement besoin pour bien s’épanouir. À la suite de l’analyse, vous saurez si vous devez trouver une nouvelle orientation ou s’il faut plutôt suivre une formation pour une meilleure performance au travail.

Notez que le bilan de compétences ne concerne pas uniquement les salariés, mais toutes personnes actives peu importe leurs activités peuvent également le faire. C’est le cas par exemple d’un demandeur d’emploi ou d’une personne travaillant comme indépendant. Que vous soyez un entrepreneur, un dirigeant d’entreprise ou un cadre, vous pouvez prendre cette initiative. L’employeur peut aussi le demander pour le compte de son employé s’il le juge nécessaire. Toutefois, il faut toujours obtenir l’accord de ce dernier.

Précisons que le salarié peut prendre cette initiative de son propre chef sans demander l’accord de son supérieur hiérarchique. Ce qui est tout à fait évident, car il s’agit d’un droit reconnu par la loi.

L’intérêt de réaliser un bilan de compétence

Le bilan de compétence peut être réalisé à l’initiative du salarié, de l’indépendant ou de l’employeur pour différentes raisons. Il n’y a pas un moment précis pour se lancer dans cette démarche. Vous pouvez le faire à tout moment dès que vous ressentez le besoin. En cas de licenciement ou une démission par exemple, vous pouvez le faire pour y voir plus clair. Il en est de même lorsqu’on veut évoluer dans un emploi ou quand on a l’intention de mettre en place un projet professionnel. Certaines personnes ont également besoin de faire un bilan lorsqu’elles constatent une incohérence entre leurs missions ou responsabilités et leurs attentes réelles. Bien entendu, dans le cadre d’une reconversion professionnelle, il est préférable de faire une analyse approfondie de ce qu’on recherche exactement.

En faisant un point sur vos compétences professionnelles et personnelles, vous saurez si vous avez un savoir-faire ou aptitude que vous n’avez pas suffisamment exploitée. Par ailleurs, il peut aussi contribuer au renforcement votre confiance en soi tout en mettant en valeur vos atouts. Le but ultime d’un bilan de compétences est de vous aider à mieux vous connaître et à prendre votre avenir entre les mains.

Faire son bilan de compétences pendant ou en dehors des heures de travail

Comme il s’agit d’un droit acquis, vous avez tout à fait le droit de choisir le moment qui vous convient. Toutefois, si vous envisagez de le réaliser pendant les heures de travail, il faut demander préalablement l’autorisation de votre employeur. La durée maximale d’un bilan de compétence est de 24 heures en général. Elle sera répartie en plusieurs semaines ou en plusieurs mois selon l’organisme. Néanmoins, la durée peut varier en fonction des besoins de la personne concernée.

Vous devez savoir que le bilan de compétences est encadré par la loi. Ainsi, selon l’article R6313-4 du code de travail, il doit comprendre trois phases bien distinctes : une phase préliminaire, une phase d’investigation et une phase de conclusion. Dans un premier temps, vous devez préciser au prestataire votre objectif. Après analyse de votre demande, l’organisme détermine la méthode à utiliser pour pouvoir satisfaire votre besoin. Le déroulement du processus sera ensuite déterminé conjointement avec le prestataire.

Lors de la phase d’investigation, vous serez accompagné et conseillé dans la conception de votre projet. Ensuite, des entretiens individuels seront menés par le prestataire pour que vous puissiez prendre connaissance des résultats des moyens mise en œuvre. À la fin du processus, vous aurez à votre disposition un document de synthèse confidentiel.

La prise en charge du bilan de compétences

Le recours à un bilan de compétence nécessite l’intervention d’un prestataire externe à l’entreprise ou d’un consultant extérieur. Ainsi, lorsqu’il est réalisé à l’initiative de l’employeur, il est considéré comme une formation. Par conséquent, il appartient à l’entreprise de designer le prestataire qui va réaliser le bilan. Le financement est dans ce cas à la charge complète de l’employeur.

En revanche, lorsqu’il est à l’initiative du salarié, celui-ci doit s’adresser à un organisme financeur comme le FONGECIF ou l’OPCA. L’entreprise où vous travaillez est normalement affiliée à ce dernier. Il vous appartient ainsi de demander un dossier de prise en charge auprès de l’organisme concerné. Avant toute chose, vous devez toujours vous assurer qu’il figure dans la liste des prestataires agréées par votre entreprise. Dans le cas contraire, vous ne pouvez prétendre à une quelconque prise en charge.